Acte citoyen pour les élèves de Clouet

Quatre groupes d’élèves de première SPVL (services de proximité et vie locale) du lycée François-Clouet ont suivi les agents de la Semivit (*) afin de découvrir leurs tâches quotidiennes. En effet, Sylvie Ecobichon, leur professeur principal, a pour projet une médiation entre les riverains, qui déplorent une dégradation des halls d’immeubles, et les lycéens. Il s’agit, par l’intermédiaire de ces élèves, de faire prendre conscience aux autres classes du dur labeur que doivent fournir les agents d’entretien chargés de nettoyer les crachats, mégots et autres déchets jonchant le sol des entrées d’immeubles.

Marion Attra, adjointe de Marie-Noëlle Dailloux, responsable du service gérance de la Semivit, insiste sur le fait que les diverses incivilités ont nettement diminué depuis quelques semaines. Une campagne d’affichage s’en suivra, à l’attention tant des lycéens que des habitants, expliquant la pénibilité du travail de nettoyage et prévenant même, avec un tant soit peu d’humour, des risques de glissade sur les rondelles de tomates ou feuilles de salade abandonnées par terre. La suite logique de ce projet mènera à la réalisation d’une charte de bon voisinage, ainsi qu’à un questionnaire pour les futurs élèves de seconde à la rentrée.
Marie-Hélène Tissier, proviseur adjointe, évoque la possibilité de punitions sous forme d’un travail d’intérêt général de quelques heures pour les récidivistes, qui pourrait voir le jour après une convention tripartite : direction du lycée, parents, Semivit. Il est également question de tester un « café dynamique », proposé par une formatrice, afin d’échanger entre élèves, voisinage et parents. Les riverains seront quant à eux invités à visiter le lycée au mois de mai.
Tous les acteurs de cette réunion s’accordent à dire que depuis la mise en œuvre de ce projet de médiation, un effet positif est nettement visible sur le voisinage.

(*) Société d’économie mixte immobilière de la Ville de Tours.

 

Lien vers l’article de la Nouvelle République